1/ Préparez vos surfaces à peindre

Il faut commencer avec une surface parfaitement lisse pour finir avec des murs ou des boiseries parfaitement peints. Le ponçage permet de niveler les taches ou les joints et d’aplanir les stries autour des trous de clous. Le ponçage permet également d’éliminer les bavures et les aspérités de vos boiseries.

Poncez les murs, de la plinthe au plafond, avec du papier de verre à grain fin sur un poteau de ponçage. Ensuite, poncez horizontalement le long de la plinthe et du plafond. N’appuyez pas trop sur le poteau de ponçage, sinon la tête peut se retourner et endommager le mur. Poncez les boiseries avec une éponge à poncer pour les faire pénétrer dans les fissures.

2/ Acheter les meilleurs produits

N’économisez pas sur la peinture et les pinceaux. Les pinceaux bon marché sont une fausse économie. Achetez du matériel de qualité autant que possible. Avec ce pinceau en plastique à 3 euros, on aura l’impression que vous avez étalé de la peinture sur le mur avec un râteau. Et les poils tombent. Le matériel de qualité est polyvalent et vous pouvez le laver et le réutiliser jusqu’à ce que les poils s’usent. Et vous pouvez aussi vous procurer la peinture la plus chère. Pourquoi ? Parce qu’elle est facile à utiliser et offre la meilleure couverture. Elle durera longtemps. Vous pourrez laver une empreinte digitale sale sur le mur sans emporter la peinture avec elle. Et tout votre travail sera plus rapide et plus facile.

3/ Couverture des meubles

Si vous ne pouvez pas déplacer les meubles d’une pièce, déplacez-les tous au centre de la pièce et recouvrez-les de feuilles de plastique qui sont scotchées au fond. Cela protégera non seulement vos meubles contre les gouttes et les éclaboussures de peinture, mais aussi contre toute la poussière de ponçage.

4/ Utiliser un apprêt teinté

Avant de peindre les murs, les professionnels remplissent les trous et réparent les fissures avec de la pâte à joint. Mais si vous peignez directement par-dessus, le mastic aspirera l’humidité de la peinture, ce qui lui donnera un aspect plat et terne. Ces endroits auront un aspect sensiblement différent du reste du mur. Pour éviter cela, les professionnels apprêtent les murs avant de les peindre.

Au lieu d’utiliser un apprêt blanc, les professionnels le font généralement teinter en gris ou d’une couleur similaire à la peinture de finition. L’apprêt teinté couvre mieux la couleur de la peinture existante que l’apprêt ordinaire, de sorte que la couche de finition sera plus vive et nécessitera peut-être moins de couches. Cela est particulièrement vrai pour les couleurs comme le rouge ou l’orange, qui peuvent nécessiter trois couches ou plus sans apprêt.

5/ Appliquer le ruban avec un couteau à mastic

Rien n’est plus décourageant, lorsque vous avez fini de peindre, que de décoller le ruban adhésif des boiseries et de découvrir la peinture qui a coulé au travers. Pour éviter la corvée de grattage de la peinture, faites un travail minutieux de collage du ruban adhésif avant de commencer. “Appliquez du ruban adhésif sur le bois, puis passez un couteau à mastic sur le dessus pour appuyer sur le ruban afin d’obtenir une bonne étanchéité”, déclare un peintre ayant plus de 16 ans d’expérience. “Cela empêchera la peinture de couler.”

Utilisez le ruban adhésif bleu du peintre au lieu du ruban adhésif de masquage. Le ruban-cache peut laisser un résidu collant difficile à nettoyer. De plus, la peinture peut déformer ou onduler le ruban adhésif, ce qui laisse la peinture couler en dessous. Le ruban de peintre peut rester en place pendant des jours (parfois jusqu’à deux semaines) et se décoller proprement. Et il empêche la peinture de couler sans se déformer.

6/ Éliminer les marques de pinceau et de coulures avec un prolongateur de peinture

Le secret d’une finition sans traces de chevauchement et de pinceau consiste à mélanger à la peinture un diluant (également appelé conditionneur de peinture), tel que le Floetrol. Cela permet d’obtenir deux résultats. Premièrement, il ralentit le temps de séchage de la peinture, ce qui vous donne une plus longue fenêtre pour recouvrir les zones juste peintes sans avoir les horribles marques de chevauchement qui se produisent lorsque vous peignez sur de la peinture séchée et que vous assombrissez la couleur. Deuxièmement, le diluant nivelle la peinture, ce qui élimine pratiquement les coups de pinceau (ou du moins les rend beaucoup moins évidents). Les professionnels utilisent des diluants pour peindre les cloisons sèches, les boiseries, les armoires et les portes. Les instructions du fabricant vous indiquent la quantité de diluant à ajouter par gallon de peinture.

7/ Grattez une crête dans les plafonds texturés

Le problème de la peinture en bordure des plafonds texturés est qu’il est presque impossible d’obtenir une ligne droite le long du haut du mur sans avoir de la peinture sur les bosses du plafond. Les professionnels ont une solution simple. Ils font passer un tournevis le long du périmètre du plafond pour gratter la texture. “Cela vous permet de couper sans avoir à peindre la texture du plafond”, explique l’un de nos pros. “Le tournevis crée une minuscule crête dans le plafond, de sorte que les pointes de vos poils de peinture s’y enfoncent naturellement. Et vous ne remarquerez même pas la texture manquante”.

8/ Utiliser des toiles de peintre

Les professionnels n’utilisent pas les draps de lit comme bâche, et vous ne devriez pas non plus. Des draps fins n’empêcheront pas les éclaboussures et les déversements de s’infiltrer jusqu’à votre sol. Et si le plastique peut contenir les éclaboussures, la peinture reste longtemps humide. Cette peinture humide peut (et c’est généralement le cas) trouver le dessous de vos chaussures et se répandre dans toute la maison.

Utilisez ce que les professionnels utilisent : des toiles de protection. Elles ne sont pas glissantes et absorbent les éclaboussures (mais elles essuient quand même les gros déversements ou elles peuvent saigner à travers). “À moins que vous ne peigniez un plafond, vous n’avez pas besoin d’une toile de grande taille qui remplisse toute la pièce”, explique un professionnel. “Une toile de quelques mètres de large qui s’étend sur toute la longueur du mur est idéale pour protéger votre sol et elle est facile à déplacer”.

9/ Terminer un mur avant d’en commencer un autre

Il peut sembler facile de faire tous les coins dans une pièce, puis de retourner rouler les murs, mais ne le faites pas. Les professionnels obtiennent un aspect homogène en commençant par un mur, puis en le roulant immédiatement avant de commencer le suivant. Cela permet à la peinture brossée et à la peinture roulée de mieux s’harmoniser.

Couvrez votre seau, plateau ou récipient de peinture avec une serviette humide lorsque vous passez du pinceau au rouleau pour éviter que la peinture et les outils ne sèchent lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

10/ Grattez (ne scotchez pas) les fenêtres

Ne vous embêtez pas à scotcher les fenêtres lorsque vous peignez les châssis : cela prend beaucoup de temps et la peinture finit généralement sur le verre de toute façon. Allez-y, laissez la peinture se déposer sur la vitre. Une fois qu’elle est sèche, il suffit de la gratter avec une lame de rasoir. La peinture se détache en quelques secondes. “Faites attention à ne pas rompre la liaison de la peinture entre le bois et le verre”, met en garde un pro. “Sinon, l’humidité peut s’infiltrer dans le bois et provoquer la pourriture.”

11/ Mélanger les pots dans un seul pour une couleur uniforme

La “même” couleur de peinture peut varier d’un pot à l’autre. Cette différence peut être flagrante si vous ouvrez un nouveau pot au milieu d’un mur. Pour garantir la cohérence des couleurs du début à la fin, les professionnels mélangent leurs pots de peinture dans un grand seau.

Certains professionnels peignent ensuite directement à partir du seau. Il n’est donc pas nécessaire de verser la peinture dans un bac à rouleaux, bien que le seau lourd soit plus difficile à déplacer.

12/ Acheter un ou deux pots supplémentaires

C’est parce que, à moins d’être motivé de manière inhabituelle, vous n’aurez pas de peinture fraîchement mélangée pendant toute la durée de votre projet. Et vous ne pouvez pas ramener à la vie une peinture bien fixée avec un simple bâton de brassage. Non, vous devez verser la peinture entre deux pots jusqu’à ce que vous ayez raclé et mélangé les solides au fond. C’est la meilleure et la seule façon de s’assurer que la peinture est bien mélangée. Et si vous avez de la peinture dans plusieurs pots différents, vous devez également les mélanger pour vous assurer que tout est uniforme.

13/ Nettoyer les rouleaux

Que vous achetiez des rouleaux bon marché ou chers, les laver avant leur première utilisation permet de se débarrasser du duvet qui se détache inévitablement lorsque vous commencez à peindre. Lavez-les avec de l’eau et un peu de savon liquide, et passez vos mains de haut en bas pour enlever les fibres détachées. Vous pouvez commencer à utiliser les rouleaux immédiatement – vous n’avez pas besoin de les laisser sécher.

14/ Enlever les caches d’interrupteurs

C’est une évidence. Au lieu de scotcher ou de couper laborieusement autour de vos plaques d’interrupteur, prenez votre tournevis et enlevez-les. Vous aurez alors une couverture parfaite autour de la plaque sans aucun désordre.

15/ Organiser votre espace de travail

Évitez d’être dans une mauvaise position physique pour ce que vous essayez de faire – peut-être que votre échelle n’est pas assez longue, ou que vous êtes dans une position délicate avec votre pinceau. La bonne nouvelle, c’est que de nombreux mauvais coups sont évitables. Il suffit de descendre et de déplacer l’échelle. Oui, c’est ennuyeux. Mais pas aussi agaçant que de tomber dans votre seau de peinture parce que vous étiez mal suspendu à votre échelle. Et parfois, on peut résoudre des problèmes en déplaçant un obstacle. Le frigo vous donne un angle dur contre un mur ? Déplacez le frigo.

16/ Allumez la lumière

Il peut arriver de manquer un endroit sans vous en rendre compte. C’est facile à faire, surtout avec des couleurs similaires. Alors prenez une lampe de travail et vérifiez votre travail, soit au fur et à mesure, soit lorsque vous terminez une section. Les zones les plus probables seront les bords, où vous utiliserez un pinceau au lieu d’un rouleau. Les manques sont faciles à arranger quand vous êtes encore en train de peindre, mais beaucoup plus ennuyeux une fois que vous avez tout rangé.

17/ Nettoyer les murs sales avec du dégraissant

La peinture n’adhère pas aux surfaces grasses ou sales, comme les murs de la cuisine au-dessus d’un fourneau, les vestiaires où les enfants enlèvent leurs bottes boueuses et éraflent les murs, ou les zones autour des interrupteurs qui sont fréquemment touchées par des mains sales. Lisez bien l’étiquette et suivez les instructions : ce produit est puissant. Des gants en caoutchouc et une protection des yeux sont nécessaires.

18/ Commencez avec une brosse chargée

Les professionnels chargent le bas de leurs pinceaux de peinture, tapent chaque côté contre l’intérieur de leur récipient pour éliminer les grosses gouttes, puis commencent à peindre. En revanche, les amateurs adoptent souvent une approche consistant à traîner le pinceau chargé sur les côtés de leur conteneur et en essuyant la majeure partie de la peinture. Il ne sert à rien de tremper le pinceau dans la peinture, puis de tout essuyer immédiatement.

19/ Presser la peinture pour éviter les coulures

Lorsque votre pinceau est chargé de peinture, il est facile de créer des coulures en appliquant trop de peinture dans les coins ou le long des garnitures. Pour éviter cela, commencez à brosser à environ un centimètre et demi de la zone coupée pour appliquer la peinture. Lorsque le pinceau se décharge, déplacez-vous et faites-le glisser lentement le long de la garniture ou du coin. Laissez les poils du pinceau pousser doucement la peinture contre la zone de découpe où les murs se rejoignent. Vous devrez peut-être répéter l’opération plusieurs fois pour obtenir une couverture complète, mais cela évitera d’appliquer un excès de peinture le long des boiseries et dans les coins.

20/ Mettez tout dans un sac

Lorsque vous êtes prêt à vous arrêter, vous pouvez tremper votre rouleau dans de la peinture et l’emballer dans un sac en plastique pour qu’il soit étanche. Si vous reprenez le travail le lendemain, tout se passera bien. Si cela doit prendre un certain temps, vous pouvez toujours mettre le sac sur le rouleau, mais utilisez-le pour retirer le rouleau sans vous couvrir de peinture. Utilisez ensuite un nouveau rouleau la fois suivante. Quant à votre pinceau coûteux, vous pouvez le laver, en supposant que vous utilisez de la peinture au latex, qui est à base d’eau. Faites glisser un tuyau d’arrosage jusqu’à un endroit éloigné et lavez le pinceau en le frappant alternativement contre le fond de votre chaussure pour en faire sortir les poils. Faites-le jusqu’à ce qu’il soit propre et il sera prêt la prochaine fois que vous aurez le courage de vous attaquer à une autre pièce.